Expérience du Bénin dans la mise en œuvre des Ecoles d’Entrepreneuriat Agricole (EEA)

Selon la FAO, la principale forme d’agriculture en Afrique est l’agriculture familiale qui n’a pas encore atteint son plein potentiel, en raison du faible niveau des investissements dans les techniques et intrants améliorés, par rapport au potentiel technologique et commercial (Matthess et al., 2013). Le faible niveau de gestion des producteurs en est aussi une des principales causes. La formation en entrepreneuriat agricole est donc nécessaire en agriculture familiale. S’inscrivant dans cette logique, la GIZ à travers le projet Sustainable Cocoa Business (SCB, Economie cacaoyère durable) a développé en 2010 l’approche Ecole d’Entrepreneuriat Agricole (EEA), dite Farmer Business School (FBS) en anglais.

En 2011, l’efficacité de l’approche a été évaluée suite à sa première phase de mise en œuvre au Ghana, Nigéria, Cameroun et Côte d’Ivoire. Les résultats de cette première évaluation ont été satisfaisants et ont motivé d’autres pays notamment le Bénin à s’y intéresser. C’est ainsi que en 2012, l’approche EEA a été introduite au Bénin par le Programme Promotion de l’Agriculture (ProAgri), à travers une phase pilote. Les modules de l’EEA sont développés dans un manuel de formation et renforcent les capacités des producteurs à gérer l’exploitation comme une véritable affaire et à s’inscrire dans la démarche entrepreneuriale avec une gestion orientée vers la sécurité alimentaire et le marché. L’EEA comprend aussi un cahier d’application qui contient des outils pratiques permettant aux producteurs de planifier, de mener des analyses économiques, de mieux gérer, de faire un suivi financier et d’évaluer les campagnes agricoles. L’organisation et l’animation des EEA obéissent à des standards établis au niveau régional et son suivi au Bénin se fait par un système d’information numérique par envoi de SMS et les données géo-référencées des formations.

A la suite de la campagne agricole 2013-2014, une étude d’évaluation des impacts et effets des formations sur les bénéficiaires a été menée au Bénin et a donné des résultats encourageants. Toutefois pour améliorer les taux d’application des outils EEA, le programme vise la traduction des matériels didactiques en langues locales et le renforcement des suivis post formation. D’autres approches sont également développées par le projet en complément de l’EEA à savoir ; le développement de boite à images comme outil de vulgarisation, la mise en place de facilité d’accès des producteurs aux services financiers et aux crédits, les formations sur la nutrition et la bonne alimentation, l’adaptation de l’approche entrepreneuriat au maillon transformation pour renforcer les capacités des femmes transformatrices à mieux gérer leurs entreprises de transformation et ainsi générer des revenus substantielles pour contribuer aux dépenses dans les ménages.

Pour plus d’informations: 2014_EEA&Experience_Bénin

Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.